De la nécessité de l’expression d’un besoin.

Me voilà revenu du Mali, il y a un temps déjà. J’ai revu mes amis, j’en ai rencontré d’autres. Je me suis surtout imprégné de cette convivialité et de cette empathie qui font que tout contact prend un simple goût de bonheur. J’ai aussi compris plusieurs choses. La première, et elle me semble importante pour la mettre en tête de ces réflexions, concerne l’approche d’un problème. Son identification doit pouvoir se faire en parfaite symbiose avec ceux qui y sont confrontés et []

Le dernier kilomètre

Comme nous l’avons déjà dit, le retour au pays est un parcours difficile. Cela implique pour celui qui revient une remise en question et un ajustement de son vécu récent aux traditions et à l’environnement socio-culturel de son pays. Son identité s’est enrichie au contact de nouvelles perceptions, d’un autre mode culturel. Il jette un regard neuf sur le monde qu’il avait quitté au moment d’entamer sa longue transhumance. Il faut assumer ce vécu sans porter de jugement, sans cracher dans la []

Revenir au pays n’est pas un long fleuve tranquille

Beaucoup de jeunes africains viennent en France et dans d’autres pays pour accomplir des études et acquérir une expertise que leur pays ne leur permettait pas d’acquérir. Certains sont venus par des filières officielles telles que des bourses d’études, d’autres par des moyens personnels. Dans beaucoup de cas, une fois le diplôme acquis, le retour au pays est difficile. Comme disait l’un d’entre eux, rentrer sans avoir d’opportunité de travail, c’est une impasse. Je ne peux plus revenir en France pour continuer []

Vous avez dit « Djoliba Valley » – Abdoulaye Z. Bagayoko.

Récemment, le sénégalais Souleymane Bachir Diagne, éminent philosophe et enseignant à la Columbia University de New York, a porté un regard critique sur la propension à l’entreprenariat. « Qu’est-ce que cela veut dire, soyez des entrepreneurs ? Si les systèmes éducatifs peuvent mettre en place dans une certaine continuité des incubateurs, et que la formation elle-même soit prolongée par des études de projet, là on peut comprendre. Mais dire simplement aux étudiants, soyez des entrepreneurs ! Cela n’a aucun sens. » A lire dans Le Monde []

Pourquoi pas une CPD Valley ?

J’ai eu l’occasion de participer à une assemblée générale de la « Cellule pour le Développement du Mali » (CPD) qui s’est tenue à Valence dans la Drôme pendant le week-end du 11 novembre. Cette entité réunit ce qu’on appelle aussi les « Boursiers de l’excellence ». C’est une initiative qui a vu le jour en 2000, sous l’impulsion du Président malien Alpha Oumar Konaré. Chaque année, une quinzaine de jeunes maliens, issus d’une sélection très rigoureuse après le baccalauréat se rendent tous les ans en France, avec []

Le fil d’Ariane d’une pépinière de développement.

Reprenons l’exemple que nous avons évoqué dans notre billet précédent. Il s’agissait d’une commune rurale située à 130 km au sud-ouest de Bamako : 5000 habitants répartis sur 7 villages En dehors du réseau routier, Activités d’agriculture et d’élevage Marché hebdomadaire. Rappelons certains éléments clés : Existence d’une banque de céréales pour assurer la sécurité alimentaire Le réapprovisionnement n’est pas assuré par la production locale Concurrence du coton Existence d’une structure d’encadrement pour le coton, mais inexistante pour les céréales. La finalité du projet []